News Séries

Seriesaddict.fr  par | Chroniques | 3

Rétro SeriesAddict N.47 : Married… with Children

Rétro SeriesAddict N.47 : Married… with Children FOX - 2018

Tous les jeudis revenons sur une série qui a marqué l’histoire de la télé ou nos mémoires. Aujourd'hui : Married… With Children.

Bien avant Malcolm in the Middle, The Simpsons, ou même Roseanne, une sitcom a ouvert la voie des “white trash” à la télévision, ces shows racontant la vie de personnes issues des classes populaires, et cette sitcom c’est Married… with children. Mais on ne peut pas parler de Mariés, deux enfants (en VF) sans parler du network auquel elle est intimement liée : la FOX.



Avril 1987, nouveau network venant concurrencer les géants ABC, CBS et NBC, la FOX Broadcasting Compagny émet depuis seulement quelques mois. Elle décide de passer à la vitesse supérieure en diffusant ses premiers programmes prime time et leur toute première série est Married… with children. Ce choix n’est absolument pas anodin. Nous sommes en plein règne de la sitcom familiale conservatrice. Bons sentiments, le canapé au centre du salon, elles sont là pour divertir le spectateur et lui inculquer de grandes valeurs familiales. A cette époque The Cosby Show règne en maître incontesté. La FOX réalise que si elle veut se faire une place parmi les grands, elle va devoir avoir un ton différent de la concurrence.

https://www.thetvdb.com/banners/fanart/original/76385-18.jpg

Créée par Michael G. Moye et Ron Leavitt, Married… with children, devait initialement s’appeler Not The Cosbys. Voilà qui pose les bases du show. La série raconte les malheurs de Al Bundy (Ed O'Neill), vendeur de chaussures pour dame, qui exècre son métier et qui est désespéré par sa famille. Son épouse, Peggy (Katey Sagal), femme au foyer qui refuse de faire le ménage ou de cuisiner, le noie sous les sarcasmes et lui vole son argent pour faire du shopping. Kelly (Christina Applegate), leur fille aînée, est aussi jolie que stupide… Même si stupide n’est pas assez fort pour décrire ce cas désespéré. Bud (David Faustino), leur fils, est peut-être le plus malin, mais il est obsédé par les filles, bien que désespérément vierge. Pour compléter le tableau rajoutez les voisins : Marcy (Amanda Bearse) une banquière féministe et Némésis de Al, son mari soumis Steeve (David Garrison), qui la quittera pour devenir garde-forestier, et son second époux, Jefferson (Ted McGinley), un escroc feignant qui use de ses charmes pour vivre au crochet de sa femme et qui suit Al dans ses “aventures”.

https://www.thetvdb.com/banners/fanart/original/76385-6.jpg

Avec ces présentations, vous vous doutez bien que le ton ne va pas être au conservatisme, à l’amour et à la bienveillance. Tout le monde s’envoie joyeusement des méchancetés tout en étant étrangement unis, les situations absolument invraisemblables voire parfois cartoonesques (ah les fameuses chutes de toit !), mais l’ensemble fonctionne, les rires sont là. La plupart du temps les thèmes sont largement en dessous de la ceinture, notamment au travers du personnage de Al, adepte des revus pornographiques et des bars de strip-tease. Les allusions graveleuses abondent et les dents grincent énormément. En 1989 une téléspectatrice choquée va même activement militer pour un boycott du show. Suite à plusieurs retraits d’annonceurs, la FOX se verra obligée de censurer un épisode. Ce dernier ne sera rendu publique que des années plus tard dans les coffrets DVD et diffusé en prime sur le Network à l’occasion des 25 ans de la série. Mais au final, cette histoire va être une chance inespérée pour la chaîne qui va attirer la curiosité du public et donc augmenter les audiences.



Le succès se pérennise en 1990 quand The Simpsons sera diffusée dans la case horaire qui suit. Malgré cela, les résultats d’audiences ne seront jamais faramineux. Mais ils sont suffisants aux yeux du network qui se doute bien qu’il leur faudra des années pour avoir des scores équivalents aux autres chaînes. Cela permettra à la série d’obtenir quand même 11 saisons. 11 saisons sans avoir jamais été récompensé du moindre Emmy Awards ! Cela n’empêche pas le show de se vendre très bien à l’étranger. Si en France nous avons eu la version originale, près d’une dizaine de pays ont fabriqué leur propre remake, avec plus ou moins de chance. Même le créateur Ron Leavitt créera en 1995 pour la WB, un ersatz de Married… With Children avec la série Unhappily Ever and After.

https://www.thetvdb.com/banners/fanart/original/76385-16.jpg

Arrêté en 1997, avec 259 épisodes au compteur, Married… with children est la plus longue sitcom live-action de la FOX. Elle a indéniablement laissé son empreinte dans l’histoire de la télévision américaine, avec son ton mesquin, son humour absurde et son générique chanté par Frank Sinatra.

Et vous, quels souvenirs avez-vous de Married… with children ?

3 Commentaires

  • pepette724
    Le 02/02/2018 à 08h19

    Ah lala je regardais ça avec mon père quand j étais ado et on se marrait bien!!!!
    C était la 1ere serie trash du genre avant Malcom, c'est un super souvenir!!!!

  • Nikita007
    Le 02/02/2018 à 10h54

    L'un de mes sitcoms préférés, j'adore Al il est génial.

  • Superscarli
    Le 02/02/2018 à 13h55

    ma sitcom favorite ! une vraie bonne tranche de rire assurée et pas que ...

Ajouter un commentaire







 Spoiler