News Séries

Seriesaddict.fr  par | Spoilers | 1

La fin de Sharp Objects : les différences entre le livre et la série

La fin de Sharp Objects : les différences entre le livre et la série 2018 - HBO

L'adaptation série de Sharp Objects avec Amy Adams, roman de Gillian Flynn (à qui l'on doit Gone Girl qui a brillamment été adapté sur grand écran par David Fincher) s'est clôturée le mois dernier sur HBO. Nous revenons sur sa fin, et sur les différences entre le livre et la mini série.

Je précise tout de même que je vais spoiler la fin de Sharp Objects, et que les spoilers seront explicites ! Mieux vaut avoir vu l'intégralité de la mini série avant de lire ce qui suit.

J'ai lu Sharp Objects il y a quelques années, et si je me souvenais bien du retournement final (cette histoire de dents dans la maison de poupée m'avait marqué), le reste était beaucoup plus flou. Donc en voyant le dernier épisode, j'ai été choquée (et déçue) de voir le peu de temps alloué à la culpabilité d'Amma; qui aurait mérité plus de développement et d'explications.

Si les événements de la fin du livre de Flynn (qui a elle même adapté son roman pour la télé) sont les mêmes que ceux de la série, leur traitement, n'est pas du tout le même :

- Déjà pour commencer dans le roman, Camille laisse sa mère l'empoisonner, mais pas autant que dans la série. Elle boit un verre de "lait bleuté" en pensant que soit elle tombe malade, et saura qu'elle n'est pas folle, soit il ne lui arrive rien et elle se sentira horrible d'avoir accusé sa mère du meurtre de Marian. Deux jours plus tard, alors qu'elle pense que sa mère a bien tué Marian, mais aussi Ann et Natalie, Richard obtient un mandat pour fouiller la maison, et elle accepte à nouveau de se faire empoisonner sachant que Richard est sur le chemin, qu'elle ne risque rien et que son sang empoisonné servira à inculper sa mère.

- Dans le roman, Camille n'a jamais de clôture avec Richard. Elle ne le revoit jamais après qu'il la découvre en peignoir lui demandant, pas très subtilement, ce qui ne va pas chez elle, parce qu'elle se mutile. C'est un des rares points que la série a mieux réussi.

- Si dans le livre Camille et Amma vivent bien ensemble (à Saint Louis dans la série, Chicago dans le roman), tout ne se passe pas aussi bien que dans la série. Amma est très collante et anxieuse. Elle cultive une ambition pour les femmes serial killer, et sa thérapeute pense qu'il s'agit d'une façon de pardonner sa mère. Elle gifle Camille, qui a acheté le mauvais type de fourniture pour sa maison de poupée. Les deux ne partagent pas de road trip sentimental pour aller voir Adora en prison.

- D'ailleurs, c'est Camille qui rend plus tard visite à Amma en prison, pour lui demander les réponses que nous n'aurons jamais dans la série. Amma explique que les filles ont d'abord été ses amies, qu'elles se sont amusées, et qu'elles ont même tué un chat ensemble une fois. Mais quand Adora a commencé à s'intéresser à elles, et qu'elles ont commencé à poser des questions sur les "maladies" d'Amma... elle allaient tout gâcher. Camille tire ses propres conclusions, qu'Amma a tué les filles par jalousie.

- En ce qui concerne Camille elle-même, l'emprisonnement d'Adora et Amma la laisse faible et sensible dans le roman. La série nous enlève la chance d'une rédemption, ou d'un glissement dans les torts familiaux de Camille. Le jour où Amma est arrêtée dans le roman, Camille sort un couteau et coupe la seule partie de son corps restée intacte (élément important du roman, qui n'a pas été développé dans la série), un cercle parfait dans son dos.

- En terminant la série sur la découverte de Camille des dents dans la maison de poupée, on ne voit pas que Curry héberge Camille chez lui, où elle apprend ce que c'est que quelqu'un d'autre prenne soin de soi. Impossible de discerner si elle apprend à être comme Marian ou Amma, ou si elle baisse simplement sa garde. Eileen et Curry la traitent comme leur enfant.

- Les dernières lignes de l'article que Camille écrit et que Curry lit à voix haute dans la série sont en réalité les dernières lignes du roman. "Was I good at caring for Amma because of kindness? Or did I like caring for Amma because I have Adora’s sickness? I waver between the two, especially at night, when my skin begins to pulse.

Lately, I’ve been leaning towards kindness.”

("Est-ce que j'étais douée pour prendre soin d'Amma par gentillesse ? Ou est-ce que j'ai aimé prendre soin d'Amma parce que j'ai la maladie d'Adora ? Je vacille entre les deux, en particulier la nuit, quand ma peau se met à pulser.

Dernièrement, j'ai tendance à pencher vers la gentillesse.")

En somme, la Camille de la série pourrait être en plus mauvaise posture que dans le roman, on ne sait pas, mais la Camille du roman garde au moins une once d'espoir.

1 Commentaire

  • edwige.mingh
    Le 20/09/2018 à 10h15

    Merci pour ce point de vue, je n'avais pas lu le roman. J'avais lu par contre Gone girl.
    La série a été haletante du début à la fin. Du HBO, quoi !

Ajouter un commentaire







 Spoiler