News Séries

Seriesaddict.fr  par | Chroniques | 0

Festival Series Mania 2019 : On a vu La Dernière Vague, Soupçons et The Virtues.

Festival Series Mania 2019 : On a vu La Dernière Vague, Soupçons et The Virtues. The Virtues - 2019 - Channel 4

Salut chers-es- sériesphiles !

Je suis actuellement au Festival International Séries Mania à Lille et je suis très heureux de partager avec vous ce premier article debrief sur ma journée de lundi, où j'ai pu assister à 3 séries en avant-première mondiale, dont 2 françaises : La Dernière Vague et Soupçons.

A noter que seulement deux épisodes de chaque série sont projetés durant les séances.

LA DERNIERE VAGUE (6x52)

http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_360/newsv7/18/07/31/14/01/0560362.jpg

SYNOPSIS : Une compétition de surf à Brizan, dans les Landes. D’un coup, une vague venant d’un arcus stagnant surgit, et les surfeurs disparaissent. De longues heures plus tard, ils refont surface comme par magie avec d'étranges pouvoirs.
Symptôme du dérèglement climatique ou révolte de la nature, cet événement tragique va bouleverser la vie des habitants de cette paisible station balnéaire.

DEBRIEF : Passée une présentation un peu kitsch des personnages et quelques clichés inévitables, La Dernière Vague se révèle rapidement être un drame fantastique plutôt efficace, à la hauteur des productions écrites de Stephen King telles que Under The Dome ou The Mist et/ou télévisuelles de J.J. Abrams, avec ses galeries de personnages très éclectiques et un mystère étrange, parfois mystique, lequel parcourt la tranquillité d'une ville et ses habitants. Et si la maîtrise du suspens est assez conventionnelle dans sa forme scénaristique, elle n'en reste pas moins oppressante, à l'image de ce nuage planant au dessus du petit village de Brizan.

Deux premiers épisodes prometteurs donc, à voir désormais si le dénouement final ne tombera pas à l'eau, comme c'est souvent le cas d'ailleurs chez les séries de J.J. Abrams ou les productions télévisuelles citées plus haut, particulièrement décevantes sur ce point-là.

Quoi qu'il en soit, il faut saluer la décision de France 2. Produire une série fantastique de ce genre est un risque qui, toutefois, devrait être récompensé puisque dans la salle, le public semblait largement avoir adhéré à La Dernière Vague.
Le seul défaut qui pourrait empêcher la fiction de Raphaëlle Coudaut et Alexis Le Sec d'être un véritable succès d'audience réside, selon moi, dans l'interprétation des comédiens, pas toujours au niveau, ce qui gâche de temps à autre un emballage pourtant alléchant. Cependant, certains peuvent compter sur leur charisme naturel pour compenser tel que le Professeur de Chimie, interprété par David Kammenos.

FICHE TECHNIQUE :

Création : Raphaëlle Roudaut, Alexis Le Sec
Scénario : Raphaëlle Roudaut, Alexis Le Sec, Sophie Hiet
Réalisation : Rodolphe Tissot
Musique : Jean-Pierre Taïeb
Avec : David Kammenos, Marie Dompnier, Lola Dewaere, Arnaud Binard, Roberto Calvet, Théo Christine, Capucine Valmary.
Production : Kwaï, TV Presse Productions, avec la participation de France Télévisions.

THE VIRTUES (4x46)

https://www.sickchirpse.com/wp-content/uploads/2017/07/Combo.jpg

SYNOPSIS : Noyant dans l’alcool sa douleur et la solitude de son existence qui le détruisent à petit feu, Joseph repart sur les traces d’un passé qu’il a fui quand il était encore petit. Il retrouve un foyer aimant avec sa sœur, qu’il n’a pas vue depuis trente ans, et noue un lien spirituel profond avec sa belle-sœur, une jeune femme fougueuse. Quand les secrets les plus sombres de son enfance, qu'il a enfouis dans sa mémoire depuis l'âge de 9 ans, refont surface, Joseph devra choisir la vengeance ou le pardon.

DEBRIEF : The Virtues c'est donc la nouvelle série de Shane Meadows, un drame intimiste absolument bouleversant. Bouleversant, car au-delà du cadre scénaristique et de l'environnement brutal auquel Shane Meadows nous confronte, c'est la performance de Stephen Graham qui marquera les esprits.
Sa sensibilité d'acteur est troublante, poignante, prenante et il livre des scènes dramatiques d'une charge émotionnelle tellement puissante qu'il est impossible d'y rester insensible. Stephen Graham nous prend aux tripes, nous embarque et nous entraîne avec lui dans sa chute, dans son enfer personnel, jusqu'à ce que nous succombions aussi à son chagrin, sa douleur. Nos larmes se mêlent alors aux siennes. Saisissant !

Épaulé par des comédiens d'une justesse incroyable, The Virtues est également d'une drôlerie rare, et on se surprend à rire de situations improbables, qui viennent alléger un drama aux airs fatalistes, où les héros seront confrontés, dans les épisodes suivants, à un passé trouble, emplit de mystères.

The Virtues est certainement la série la plus éprouvante de ce Festival, rythmée par la musique éprouvante de PJ Harvey, laquelle accentue inlassablement l'ambiance dépressive, dont Joseph tentera de sortir vainqueur, au travers la reconquête de sa propre vie.


FICHE TECHNIQUE :


Création & Scénario : Shane Meadows & Jack Thorne
Réalisation : Shane Meadows
Musique : PJ Harvey
Avec : Stephen Graham, Helen Behan, Niamh Algar, Frank Laverty...
Production : Warp Films, Big Arty Productions
Diffusion : Channel 4

SOUPÇONS (6x52)

https://plus.lesoir.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2019/03/26/node_214632/26223317/public/2019/03/26/B9719035768Z.1_20190326154222_000+GVQD8QJ34.1-0.jpg?itok=tEAaQ7Eb

SYNOPSIS : Victoire déménage dans le Sud de la France avec sa famille. Elle y retrouve Florent, son amour d'enfance. Malgré les années, l'attirance qu'ils éprouvent l'un pour l'autre n'a pas disparu et ils succombent à leur passion. Mariés tous les deux, la situation va vite devenir ingérable, d'autant que la femme de Florent a disparu.

DEBRIEF : Le thriller français de Lionel Bailliu et Yann Le Gal en six parties n'est pas simple à analyser puisque les deux premiers épisodes ne sont qu'une présentation approfondie des personnages, le début de l'enquête ne commence réellement qu'à la fin du second épisode.

Ce qu'on peut dire, c'est que le début de cette intrigue est parfaitement maîtrisé, malgré des clichés narratifs vus et revus des dizaines et des dizaines de fois dans ce type de formats. Une fiction néanmoins portée par deux comédiens, Julie Gayet et Bruno Debrandt, merveilleux dans leurs rôles respectifs.
Les scénaristes eux, prennent le temps de développer leurs personnages, les retrouvailles entre Victoire et Florent, leur romance, sans jamais oublier qu'il s'agit d'un thriller policier. Ils distillent alors les premiers éléments de leur drame tantôt avec parcimonie, tantôt de manière plus brusque, sans pour autant donner un soupçon d'indice sur les motivations ou les enjeux de l'assassin, la moindre piste sur son identité et la disparation soudaine de la femme de la Florent.
Et si en apparence certains diront que tout a l'air banal dans le début de cette saga, les scénaristes laissent la porte ouverte à une suite palpitante, dont l'issue semble totalement imprévisible.

FICHE TECHNIQUE :

Création : Lionel Bailliu & Yann Le Gal
Scénario : Lionel Bailliu & Yann Le Gal
Réalisation : Lionel Bailliu
Musique : Laurent Juillet
Avec : Julie Gayet, Bruno Debrandt, Thomas Jouannet, Marie Dompnier, Alain Doutey, Sylvie Granotier.
Production : Elephant Story, AT-Production, avec la participation de France Télévisions.
Diffusion : France 3, RTBF, TV5 Monde

CONCLUSION : Voilà pour cette première journée débrief, j'espère que ce petit format vous plaira, quant à nous on se retrouve demain, pour de nouvelles analyses. Bye !

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler