News Séries

Seriesaddict.fr  par | Events | 2

Interview de Julie Benz & Grant Bowler (Defiance)

Interview de Julie Benz & Grant Bowler (Defiance) Julie Benz & Grant Bowler - SeriesAddict

A l'occasion du lancement de la saison 2 de Defiance ce soir sur Syfy, SeriesAddict vous propose de découvrir notre interview de Julie Benz (Amanda Rosewater) et Grant Bowler (Joshua Nolan), réalisée pendant le Festival de télévision de Monte-Carlo 2014.

Defiance n’est pas uniquement une série, c’est également un jeu vidéo. Travailler sur ces deux supports en même temps a-t-il changé votre manière de travailler en tant qu’acteurs ?
Julie Benz : ça n’a rien changé pour moi, je ne suis pas dans le jeu [rires] !
Grant Bowler : réponse courte [rires] ! Pour moi, ça n’a pas changé ma manière de travailler en tant qu’acteur. Le jeu et la série ont été développés en même temps sur une période de cinq ans. Vous avez ici deux médias dont les ressources se regroupent. Je pense donc que la "bible" et la "mythologie" de Defiance sont de loin, beaucoup plus recherchés et travaillés que s’il n’y en avait eu qu’un seul.

On peut parler d’une véritable interaction entre les deux.
Grant Bowler : quand j’ai commencé à faire de la motion capture pour le jeu, il y avait un type particulier de véhicules, celui qu’on nous voit conduire au début du pilot, ils rendaient bien dans le jeu vidéo, et on en a donc réellement construit un. Mais lorsqu’on a conduit avec, il a basculé ! Mais ce qu’il y a de génial quand on fait la série et le jeu vidéo en même temps, c’est qu’il y a une interaction entre les deux. Notre équipe construit les armes et les véhicules dont on a besoin, on les utilise et on revient vers eux si ça ne fonctionne pas, et ensuite, elle les redessine. C’est donc un niveau de design beaucoup plus élégant.
Julie Benz : ils ont également fait le choix de ne pas avoir de chevaux dans Defiance parce que c’était trop difficile de les chevaucher dans le jeu, donc il n’y en a pas à la fois dans le jeu et dans la série. Dans la saison 1, il est d’ailleurs mentionné qu’il n’y a plus de chevaux sur la planète.

Grant, pouvez-vous nous parler de votre travail sur le jeu ?
Grant Bowler : quand on est acteur, le process de travail en motion capture est à l’opposé de celui qu’on a l’habitude d’avoir quand on tourne devant des caméras.
Julie Benz : Montre lui tes différentes expressions, c’est génial !
Grant Bowler : j’en ai trois. Voici mon avatar dans le jeu vidéo (se lève et nous montre les trois expressions de Nolan dans le jeu). C’est moi, voilà ! Lorsque vous faites un jeu, on conceptualise votre personnage, on vous donne un abécédaire de mouvements. La façon de jouer n’est pas si différente que ça entre les deux. Quand je doublais la voix de Nolan dans le jeu, je devais dire d’une voix forte "Nous devons partir d’ici !", mais la manière de parler dans un jeu vidéo est très différente de celle utilisée pendant le tournage d’un drame. Tout dans le jeu est accentué. J’ai fais une première lecture du dialogue pour le jeu qui a été envoyée, j’en ai refais une autre qui a de nouveau été envoyée et celle qui a été approuvée, NBC ne l’a pas aimé. A la fin, il y avait un cadre de NBC et un autre de UCP (Universal Cable Production) qui étaient dans la même pièce pour une nouvelle relecture. Le personnage dans le jeu devait être légèrement différent de celui de la série, et il ne pouvait pas être que (dit d’une voix forte : "Nous devons partir d’ici !"), je devais donc un peu baisser d’un ton pour que le Nolan du jeu corresponde à celui du show.

Defiance se passe dans un futur proche, dans un monde confronté à la guerre. Julie, comment envisagez-vous d’ailleurs le futur ?
Julie Benz : j’essaye de ne pas trop penser au futur mais de vivre le présent [rires] ! Si j’arrive à passer ce jour, c’est une bonne journée. Parce que si vous commencez à penser au futur, aux dégâts que vous infligez à notre environnement, aux possibles invasions aliens, ça peut devenir écrasant. Penser à ce genre de choses m’empêche de respirer, c’est pour ça que je reste concentrée sur le présent. Je crois en l’existence d’aliens, je pense que ce serait narcissique de dire que nous sommes la seule forme de vie dans notre système solaire. Est-ce que j’ai envie de rencontrer un extra-terrestre ? Non merci ! A moins qu’il vienne dans un but pacifique. Mais je n’ai pas nécessairement envie de m’aventurer dans l’espace pour voir ce qu’il y a là-bas.

Grant, avant Defiance, vous avez joué dans de nombreuses séries fantastiques, parmi lesquelles True Blood et Lost. Avez-vous une attirance pour ce genre de projets ?
Grant Bowler : je comprends ce que vous voulez dire. Lorsque j’ai emménagé aux Etats-Unis, c’est parce que je voulais jouer une flopée de choses. En Australie, nous ne faisons qu’une chose mais nous le faisons très bien, c’est le réalisme. Nous ne faisons pas beaucoup de "genres", nous ne faisons pas beaucoup d’action, nous faisons du crime. En venant aux Etats-Unis, j’ai eu l’opportunité de faire ce que je voulais faire. Beaucoup de ces choses étaient des "genres" comme le genre Lost, le genre True Blood, le genre Ugly Betty, le genre Defiance, qui sont très différents l’un de l’autre. Je trouve qu’on passe beaucoup de temps, en particulier à l’étranger, à dénigrer le système américain, que ce soit pour la télévision ou le cinéma. Mais ce que nous oublions, c’est qu’il y a un éventail large de contenu, avec d’incroyables séries de science-fiction, d’horreur... Regardez ce qu’il y a eu à la télévision en un an : vous avez eu True Detective, qui était incroyable, en passant par Hannibal, Defiance, et quelques années plus tôt, Dexter. Il y a eu de tout, et c’est ce qui m’avait attiré aux Etats-Unis. Je crois vraiment en la créativité de cette industrie. Vous vous souvenez de Carnivàle sur HBO ? Mon dieu, c’était incroyable !

Hollywood n’est donc pas en manque d’inspiration ?
Grant Bowler : c’est vraiment intéressant, parce que j’entends des gens dire que tout est pareil à Hollywood, mais ce n’est pas le cas ! Il y a une grande diversité et chaque année, regardez ce qui sort !
Julie Benz : Twelve years a slave.
Grant Bowler : Twelve years a slave, Django Unchained...
Julie Benz : nus vivons une période où la télévision est devenu un média plus créatif que le cinéma. Et vous le voyez notamment avec tous ces acteurs qui choisissent de tourner pour la télévision, alors qu’ils ne l’auraient pas fait il y a dix ans. J’ai 42 ans, j’ai grandi dans cette industrie depuis presque 30 ans et j’ai vu les rôles de femmes évoluer. Il y a plus de rôles de femmes fortes à la télévision qu’au cinéma. Sharon Stone a tourné un pilot cette année par exemple.
Grant Bowler : Mira Sorvino.
Julie Benz : Glenn Close, Sigourney Weaver était dans une série...
Grant Bowler : Robin Wright.
Julie Benz : vous voyez ces femmes emblématiques qui trouvent des rôles plus profonds et complexes, et je pense que la télévision, pour les femmes, est devenu un média fondamental.

Defiance attaque sa seconde saison ce soir. Entre la promotion de la première saison et celle d’aujourd’hui, qu’est-ce qui a changé pour vous ?
Grant Bowler : quand vous présentez la série pour la première fois, comme la saison dernière, vous ne savez pas ce que vous avez. En fait, vous ne savez pas si vous avez quoique ce soit, avant que vous ne l’ayez mis sous les yeux du public. La seconde fois est beaucoup plus facile parce que vous savez que vous avez maintenant un public qui comprend de quoi vous parlez.
Julie Benz : pour le cast, le San Diego Comic Con a été la première fois pendant laquelle nous parlions de Defiance et la chaîne nous a dit qu’elle avait trouvé qu’il y avait une grande alchimie entre nous, rien qu’en parlant de la série. Grant et moi avons donné énormément d’interviews ensemble, et il sait quand je ne peux pas répondre à une question. Par exemple, il sait que je suis incapable de parler de jeux vidéos. Nous avons une alchimie naturelle à l’écran que nous avons aussi quand on fait la promotion du show, ça rend nos interviews meilleures parce que nous ne sommes pas nerveux.
Grant Bowler : il y a une grande excitation la première fois, et c’est ensuite différent par la suite. Plus nous passons du temps ensemble, plus nous faisons des saisons, plus nous sommes impliqués. Plus nous passons des années avec ce projet, plus nous partageons d’histoires, avec vous. Le niveau d’investissement en devient plus important. En parlant de la saison 2, c’est presque l’accumulation de deux ans de travail ensemble.
Julie Benz : les personnages évoluent mais c’est aussi le cas de nos vies personnelles. Nous sommes témoins d’évènements des autres membres du cast : mariages, naissances... Nous prenons part à l’évolution de nos personnages et de ses acteurs.

Selon vous, quel message veut faire passer Defiance ?
Grant Bowler : l’espoir. Si nous pouvions tout recommencer en tant que société, si nous pouvions jeter tout notre système social, si nous pouvions démonter cette machine que nous avons créée, et qui est parfois devenue plus importante que nous, que garderons-nous, que jetterons-nous ?

Source : SeriesAddict

2 Commentaires

  • Toff63
    Le 20/06/2014 à 09h37

    Merci pour l'interview!!! Par contre, faire un parallèle entre Lost, Hannibal, Dexter, True Detective et Defiance c'est osé car Defiance est très loin du niveau des 4 premières avec des intrigues inégales, un manque de rythme, des aliens qui sont là juste pour dire que la série a des aliens, des personnages pas toujours cohérents et des acteurs pas toujours au top.

  • Julie
    Le 20/06/2014 à 10h15

    Quel bonheur cette interview ! Vous êtes géniales, mes acteurs préférés interrogés par le meilleur site quoi x) Julie Benz et Grant n'ont pas tort lorsqu'ils disent que la télévision a pris plus de pouvoir que le cinéma à mon humble avis.

Ajouter un commentaire







 Spoiler