News Séries

Seriesaddict.fr  par | Events | 0

Interview de Diego Klattenhoff (The Blacklist)

Interview de Diego Klattenhoff (The Blacklist) Diego Klattenhoff - SeriesAddict

Lors du Festival de télévision de Monte-Carlo en juin dernier, nous avons rencontré Diego Klattenhoff, l'interprète de Donald Ressler dans The Blacklist. Nous vous proposons de découvrir notre interview réalisée à cette occasion !

Au début de la série, votre personnage était réticent à collaborer avec Liz. Selon vous, quel a été le déclic dans leur relation ?
Je pense qu’au début de la série, vous vous devez d’être suspicieux. Don Ressler a tout abandonné pour arrêter le criminel le plus recherché du monde... Lorsqu’il se rend et qu’il déclare ne vouloir collaborer qu’avec une seule personne, Liz, il était normal pour lui de se demander si elle est une taupe, une espionne et de quoi elle est capable. Et puis à la fin de la saison, vous réalisez qu’elle n’est pas une méchante. C’est un peu comme aller au front, avec les soldats qui, côte à côte, vont lutter pour leur survie et se sauver la vie. Ensuite se crée un lien entre eux... Et quand deux séduisants officiers se retrouvent sous le feu ennemi, qui sait ce qu’ils peuvent ressentir et ce qui pourrait se passer [rires] ?

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire partie de cette série ?
Le script ! C’est un moyen pour moi d’être extraordinaire, de faire partie d’une histoire originale et bien racontée. Quelque chose que j’ai envie de regarder, alors que l’on soit le personnage principal ou secondaire, qu’importe, j’avais envie de faire partie de ce projet. Pour Homeland, ils m’ont fait savoir que mon personnage n’allait plus être aussi important, que l’on aurait donc moins besoin de moi, donc j’avais la liberté de lire de nouveaux scénarios et de chercher d’autres rôles. J’ai vraiment passé un bon moment avec ce casting, on s’habitue à travailler avec une équipe compétente et expérimentée, et des scénarios biens écrits et de qualité. Donc après ça, c’est très difficile de trouver un environnement de travail semblable, particulièrement dans le milieu des networks. Alors tu peux attendre un script pour le cinéma, ou alors chercher du côté des chaînes câblées.

Avez-vous parfois du mal à croire ce qui vous arrive, le succès que vous connaissez ?
Oui, c’est plutôt incroyable, j’ai un peu de mal à y croire. J’en suis heureux et nous allons bien voir à quoi cela va me mener. Je suis chanceux de pouvoir être ici à Monte Carlo et rencontrer des personnes qui apprécient mon travail.

Comment en êtes-vous arrivé à être acteur ? Quel a été votre parcours ?
Tout cela est un peu surréaliste en fait, je n’ai pas fait de drama school. Je viens d’un endroit un peu perdu du Canada, la Nouvelle-Ecosse et je suis arrivé à l’âge de 19 ans à Toronto, en ne connaissant qu’une seule personne parmi ses 5 millions d’habitants... J’ai travaillé dans un bar pendant quelques temps et je n’avais qu’un billet en aller simple, avec quelques économies. Je n’avais pas de plan particulier, juste saisir les occasions qui se sont présentées à moi, et c’était un milieu que j’avais envie d’explorer. Vous savez, jouer la comédie n’est pas aussi simple que cela. Le diplôme ne fait pas tout, donc au début ça a été difficile, c’est comme un patchwork que vous devez constituer, mais cela m’a demandé beaucoup de travail.

Est-ce que vous aimer jouer les gentils ?
Les bons, les mauvais... Cela dépend du jugement que vous avez sur le personnage. Dans Homeland, je jouais le meilleur ami qui vient prendre soin de la famille du soldat disparu, mais qui finit par coucher avec l’épouse... Nous sommes dans l’âge d’or des dramas, car il y a du bon et du mauvais en chacun d’entre nous. James Gandolfini, The Sopranos, Red Reddington, ce sont des personnages qui séduisent le public de la télévision. Et la barre est haute, car ces personnages ont des hauts et des bas, sont confrontés à des dilemmes, comme toute personne réelle.

Comment pensez-vous que vont évoluer les relations entre votre personnage et celui de Megan Boone et James Spader pour la prochaine saison ?
C’est une très bonne question. Je suis très excité de savoir cela aussi. Au début de la saison, vous faites des choix en tant qu’acteur, vous vous y accrochez jusqu’à ce que les scénaristes vous donnent assez de temps et de liberté pour que le public puisse vous rattraper, faire ses théories, comprendre l’histoire dans son ensemble et le pourquoi de certaines décisions. Il y a bien une raison pour laquelle Ressler suit les règles, pour laquelle il est dur avec Liz, et sur la façon dont il se comporte avec Red. Finalement, il change en même temps que la saison avance, il se rend compte que Reddington aurait pu le laisser mourir, et qu’il n’est pas complément méchant. Bien sûr, il ne lui fait toujours pas confiance, et ne lui laisse pas trop de liberté, mais il comprend mieux les choses à la fin de la saison. Avec cela en tête pour la prochaine saison, mon personnage gagne en épaisseur. On laisse rentrer le public dans notre univers et il y a encore beaucoup de choses que nous ne connaissons pas au sujet de Ressler... Je suis excité de voir comment les choses vont évoluer, quelle direction va prendre mon personnage et la série. Honnêtement je n’ai aucune idée de ce qui va se passer, les scénaristes sont actuellement à LA en train d’écrire la prochaine saison.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre collaboration avec James Spader ?
Il est dans le milieu depuis plus de 30 ans, avec un talent fou, de bons choix de carrière et il a une patte incroyable. Quand vous savez que James Spader est dans un film, vous savez que vous allez passer un bon moment. C’est difficile de décrire cela, de mettre des mots dessus : même après avoir passé une saison à travailler à ses côtés, il reste une énigme. Ça en fait quelqu’un que vous admirez encore plus après ça, pour l’éventail de son talent et la valeur ajoutée qu’il apporte à la série.

Source : SeriesAddict

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler