News Séries

Seriesaddict.fr  par | Events | 0

Interview de Sasha Roiz (Grimm)

Interview de Sasha Roiz (Grimm) SeriesAddict - Sasha Roiz

Lors du dernier Festival de télévision de Monte-Carlo, nous avons rencontré Sasha Roiz, alias Sean Renard dans Grimm. Nous vous proposons de découvrir son interview.

Grimm, Caprica, Warehouse 13... Vous avez joué dans de nombreux projets orientés science-fiction/fantastique. D’où vous vient cet intérêt ?
Au début, ça a commencé un peu par hasard. Les fans de sci-fi sont très loyaux et une fois que vous êtes entré dans ce monde, ils veulent que vous y restiez. Les producteurs viennent vers vous et vous proposent d’autres rôles. Je pense aussi que la sci-fi est devenue grand public, et lorsqu’on me dit : "Oh tu fais du genre !", je leur réponds "Non, la sci-fi n’est pas un genre, c’est ce qui rapporte maintenant." Regardez tous ces films, comme Iron Man par exemple ! C’est même devenu difficile de rester en dehors du monde de la sci-fi. Je pense qu’aujourd’hui, la minorité est de se trouver à ne pas être dans des shows surnaturels ou de sci-fi. C’est devenu quelque chose de commun.

En ce moment, la science-fiction et le fantastique marchent très bien !
La vie est dure [rires] ! La vie est dure et on a besoin de trouver un échappatoire. Je pense qu’un peu moins de réalisme et un peu plus de fantastique est ce dont le monde a besoin de temps en temps.

Avant de jouer dans Grimm, étiez-vous familier des contes ?
J’ai grandi avec les mythes grecs et la fantasy, et j’aimais plus particulièrement les mythes romains et grecs, j’aime toujours ça. J’apprécie beaucoup les allégories et les métaphores qu’on y trouve.

Que saviez-vous de Renard en signant pour ce rôle ?
Je n’en savais pas beaucoup, en fait je n’en sais toujours pas plus [rires] ! Renard est l’un des personnages de la série qui est toujours en développement. Avec Nick, vous savez ce qu’il est, ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas. C’est le cas pour la plupart des personnages. Avec Renard, on ne sait jamais ce qu’il va faire, et parfois même pas les auteurs ! Ils sont constamment en train d’ajouter des choses. Par exemple, je ne savais pas qu’il était à moitié Wesen. Avec ce rôle, je sais que je ne peux pas être trop engagé, parce que je sais qu’il va changer.

Les effets spéciaux ont-ils un rôle important dans la série ?
Il y en a beaucoup pour les visages. Ils utilisent le système des points sur le visage et les mains, et ensuite, ils passent tout ça avec les effets spéciaux. On doit juste prétendre que la personne aura ce look dans la série et on se dit : "Ah OK, il va ressembler à ça, c’est plutôt dégoûtant !" On joue surtout ça et l’écran vert, on l’utilise plus pour des scènes extérieures.

Grimm est l’une des premières séries où vous avez l’opportunité de jouer le même rôle sur une longue durée. En tant qu’acteur, qu’est-ce que cela change pour vous ?
Vous savez, ça devient un peu mécanique après toutes ces années, parce que vous savez comment les scénaristes, les acteurs, les équipes ont l’habitude de travailler, et vous essayer juste d’aider à obtenir le meilleur de chacun. La télévision est très fatigante : vous tournez de neuf à dix mois, 14h par jour, vous ne voulez pas ralentir le process. Ça devient plus productif et intéressant, vous adoptez vraiment le personnage. Lors de la première saison, vous êtes toujours en train de vous chercher, dans la seconde, vous mettez le costume et vous vous dites "OK", vous êtes dedans, vous connaissez cette personne. C’est amusant et vous développez aussi un sens de la famille avec les gens avec qui vous travaillez, et c’est l’une des meilleures choses.

Grimm est diffusé le vendredi soir, à priori, ce n’est pas la case horaire idéale pour une série...
Je pense que ça nous a aidé pour être honnête. Beaucoup de gens pensent que le vendredi soir est une case horaire terrible. Mais je crois qu’il y a quelque chose avec la diffusion de programmes surnaturels le vendredi soir, et je pense que ça marche, les gens aiment ça. Nous avons été aussi surpris de voir que les familles adorent la série. Ils se rassemblent le vendredi soir et regardent le show ensemble.

Fait plutôt rare, les audiences augmentent au fil des saisons !
Les audiences augmentent, et à l’international, Grimm devient de plus en plus populaire. C’est une vraie bénédiction parce que vous ne vivez pas si souvent ce genre d’expérience.

Quand Grimm a été lancée par NBC, elle n’a pas bénéficié d’autant de publicité que d’autres séries de la chaîne, et pourtant, elle est toujours là !
Nous n’avons pas de grands noms, Steven Spielberg n’est pas rattaché à la série, c’est même l’une des rares où il ne l'est pas [rires] ! Nous sommes la seule série encore à l’antenne, de toutes les séries qui ont été lancées sur NBC il y a trois ans. Parfois, vous ne savez pas quelles séries seront des hits. C’est drôle, dans notre cas, c’est comme si nous avions trouvé notre public avant même que nous ne le sachions. A son lancement, la série n’a pas bénéficié d’autant de promotion ou d’argent que ça... Lors de la diffusion de notre premier épisode, nous pensions que nous étions morts parce que nous étions diffusé face aux Final Games des World Series. Mais nous avons réalisé notre meilleure audience à ce jour. D’une certaine manière, la série a réussi à créer une connexion avec le public.

Source : SeriesAddict

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler